samedi 31 octobre 2009

Météo épeurante




Ce n'est pas qu'on voulait être pessimiste, mais quand on voyait ces différentes photos sur internet cette semaine, on commençait à s'inquiéter pas mal ! Alors, quand on a vu ce matin qu'il pleuvait depuis une heure sans s'arreter, on devenait carrément désespérés. Rien de pire que la pluie pour bloquer tout le monde à la maison. Vous pouvez imaginez vous, personne dans les rues le soir d'Halloween ? Déjà qu'on prenait un risque à vouloir le faire à Outremont...

Mais on a été patient. On a pris un parapluie. Je suis allé chercher le complice de Félix, plus tôt que prévu. Coûte que coûte, on allait le faire. Et puis à la nuit tombée, la pluie s'est arrêtée, les lumières devant les portes se sont allumées et on a commencé à voir pleins de petits de 4 ans sortir déguisés en pirates, batman, dragons...avec que des costumes sortis d'un dessin animé type Dora l'exploratrice ou Winny l'ourson. On a été bien récompensé, les sacs ont été vite remplis et la magie a pu résister. Même Elsa qui a invité 8 copines à dormir (rien que ça) a encore fait un petit tour avec son sac à bonbon (c'est la dernière fois il parait...).

La pluie et le vent ont tapissé le sol de feuilles... mortes ! Nous obligeant à traverser des suites interminables de cimetières végétaux.

L'humidité donne aux jardins un air de désolation.

Mais heureusement le crépuscule fait ressortir les couleurs du ciel.

Voila les seuls spécimens familliaux que j'ai réussi à photographier. Pour être sures de ne pas être sur le blog, les filles évitent l'appareil. Il ne vous reste plus qu'à les "adder" sur Facebook, si vous voulez avoir une chance de connaitre leurs costumes. Elsa était en cow-boy, heuuu cow-girl, acompagnée d'une abeille, d'une policière, d'une "femme d'affaire"...qui a dit qu'à 14 ans on ne se déguisait plus ?

samedi 24 octobre 2009

Le jour tant attendu approche

Vous avez deviné j'imagine. On va ENCORE vous parler de préparation d'halloween.

Les pâtisseries débordent de friandises toutes plus drôles les unes que les autres. Au paltoquet, notre pâtisserie préférée, Félix a choisi une jolie petite momie et un requin mangeur d'homme. RAVISSANT.


Et puis on a fait des mini-muffins d'halloween. Toute la famille a laissé libre cours à son imagination.


On est presque prêt pour le grand soir...

Mais NON pas du tout, nous n'avons pas encore creusé la citrouille car il faut aussi profiter de glander au soleil tant qu'on a pas besoin d'un équipement d'Inuit pour sortir. On est DÉBORDÉ.


vendredi 23 octobre 2009

On

Les radiateurs sont sur On, position hiver. Nous avons essuyé la première bordée de neige, qui n'a pas tenu. Momiji prend sa position hivernale, et n'en bougera plus. On essaie de prendre cela bien, il faut voir sur la durée ...




video

lundi 12 octobre 2009

Action de grâce


La fin de semaine de l'action de grâce-franco ou thanks giving-anglo est un moment essentiel dans la vie des québécois. Celle des plus belles couleurs et le dernier week-end de camping-il faut en profiter un max. La période des récoltes abondantes-il faut stocker les provision et faire les boites de conserves pour l'hiver. Une occasion de se retrouver en famille-on avale des kilomètres pour s'attabler autour d'une dinde bien rôtie.

Pour nous, cette fin de semaine a été un peu tout cela. Les couleurs, tiens il n'y a pas que des arbres rouges, il y aussi du rose. Mais pas assez de stimulation pour aller en camping quand même, il fait trop froid.


On a quand même fêté les récoltes abondantes et préparé les poivrons rouges grillés pour l'hiver. A défaut de se retrouver en famille, on a quand même préparé une belle dinde aux pommes et aux raisins. Et puis, on a ajouté une note personnelle : réviser la préparation d'halloween... Et oui, on continue.

Essai de hache meurtrière sur papa.


Fabrication de maison en pain d'épice pour accueillir tous les petites fantômes qui traînent dans les parages.


Et aussi travailler pour préparer la présentation du mardi en anglais. Je vous conseille d'ailleurs un site très utile conseillé par Liette quand vous ne savez pas prononcer un mot ou mettre l'accent tonique comme routinization , explore ou encore heterogeneity.

samedi 10 octobre 2009

Nos mercredi bio -nos vendredi bistro

Combattre l'avancée de l'hiver ... à petit pas mais inexorable. La tombée des feuilles d'érable qui déroule le tapis rouge pour l'arrivée de la neige. Le vent froid qui s'engouffre dans le manteau et qui nous fait nous replier sur nous même. La pluie, pas la bruine, la pluie la vraie qui mouille.

On n'a pourtant pas envie de quitter l'été, la spontanéité, l'imprévu des soirées chaudes passées à flâner, les voisins rencontrés, discuté.
On sait que cela sera interminable. Mais on sait aussi qu'une fois engagé dans le tunnel froid, on va trouver notre rythme. On va ressortir la peinture à l'huile et sa bonne odeur d'huile de lin, les jeux de société, les skis. Le rythme va nous être donné par les fêtes à venir. Thanks giving, Halloween, Noël.

Alors on commence déjà peu à peu à mettre en place les rituels qui aident à passer l'hiver. En voici quelques uns :

S'inscrire au panier bio. En rentrant le mercredi soir, trouver le panier devant la porte et découvrir toutes les surprises. Un bon stimulant pour cuisiner. Un peu d'imprévu dans le rythme routinier.

Sacrer le vendredi soir, soirée bistro. On met Félix devant la wii. Les filles sont toujours en vadrouille et on se retrouve tous les deux autour d'une bouteille. Pas de cuisine, open frigo. Juste relaxer et discuter.

Traîner sur internet. Flâner sur le site de Gracianne, qui nous fait le bonheur de nous nourrir de lettres et de mets. Aller voir les nouveautés du côté des Doumyz créés par Anne et de leur sympathique bouille réconfortante.

Se laisser aller à la préparation des fêtes. Essayer les costumes d'halloween, les réessayer, perfectionner le maquillage. Inviter les copains pour s'amuser.

Et vous, quelle est votre recette pour combattre la grisaille ?

Deuil

Je ne suis pas (plus) un fan de Freud, mais avouons qu'il dit aussi des choses très justes.
Le deuil est un «cataclysme intérieur», dit-il. «Nous sommes consternés, effondrés, nous refusons toute consolation, notre vie s'appauvrit, perd son intérêt... elle devient vide".
Cette culpabilité peut s'exprimer à de très nombreux niveaux. Celui de survivre, de ne pas avoir dit au revoir comme on l'aurait voulu, de ne pas avoir été là quand il le fallait, d'accepter de revivre un jour sans l'autre...
Il y a aussi la colère, face à cet echec de ne rien n'avoir pu faire pour l'empecher, celle de vouloir rester seul, de se tanner des élans d'émotion d'un entourage trop présent, trop gentil ou condescendant.

Nous on est juste les témoins d'une perte importante et les responsables d'une distance cruelle qui nous empêche d'être au coté de notre ami et de sa famille.

La vie est parfois injuste, la mort l'est toujours...

vendredi 2 octobre 2009

Un autre regard

Information numéro 1 :
Nous continuons à avoir pas mal de visites par chez nous.
Informations numéro 2 :
Ces personnes prennent des photos elles aussi.
Information numéro 3 :
C'est même toujours aussi fascinant de pouvoir voir à travers le regard des autres.

Alors voila, nous sommes arrivé à piquer 3 photos à Emmanuel, un collègue d'Isabelle arrivé il y a un moi et qui est à Montréal pour un an. Que des regards qu'on ne peut pas, où qu'on a pas su avoir. Attention, ce ne sont que des exclusivités encore jamais vues sur ce site !!

Un vrai raton laveur, croisé un soir sur le Mont Royal. On en croise parfois (rarement), mais surtout on n'a jamais notre appareil à ce moment là. C'est beau comme un gros (très gros) chat.

Isa et Éric, sur la même photo, en plus en plein exercice de mondanité (ici une expo de graffiti montréalais).

Là, un coup de maitre, inimitable regard sur le quartier d'affaire. Un vrai feu d'artifice.

Merci Emmanuel.