mardi 18 mars 2008

Esprit de Chine

Avec les enfants, on adore aller dans le quartier chinois. À Paris, c'était une de nos sorties habituelles. Juste se balader, aller chez les frères Tang, regarder chez exo-store les poissons sortir de leur aquarium et se faire préparer. Les filles scotchaient devant ce spectacle un peu sauvage. D'ailleurs, depuis on les appelle les sœurs Tang. Chercher les produits nécessaires pour cuisiner. Acheter des fortunes cookies et lire les messages. Essayer des trucs bizarres et gluants. Aller dîner le samedi soir aux olympiades, le soir des mariages. Regarder du côté des mangas et figurines. Choisir quelques pokémons pour compléter la collection. Manger une soupe après le ciné. Y entendre les pétards pour le nouvel an et la danse des dragons. Y retourner le lendemain pour voir tous les bouts de papier rouge recouvrant les sols. Se régaler au Sala Thaï. Essayer de la glace au durian, cela ressemble à de la glace au camembert. Vraiment c'est aussi infect que son odeur pour nos palais d'occidentaux et pourtant si apprécié par certains asiatiques. On voyageait sans changer de ville. On aime toujours autant cela.

Dimanche, on est allé faire une virée dans le quartier chinois de Montréal, qui est certes moins grand que celui de Paris ou de New-York mais on y trouve l'essentiel en concentré. Félix a mis son tee-shirt de dragon (euh pardon, sa camisole avec un dragon dessus). J'ai préparé ma liste de courses. On a pris le bus, notre 129 préféré qui contourne la montagne (le Mont Royal).

Croyez-mois sur parole, sous le manteau de Félix il y a un tee-shirt de dragon
Les filles vont être furieuses que je mette des photos d'elles sur le blog


Objectif : rue de la Gauchetière. Le quartier est annoncé par deux arches sur la rue Saint Laurent, la rue qui sépare Montréal Ouest l'anglo de Montréal Est la francophone. Comme si la communauté asiatique mettait un trait d'union entre les deux. Comme partout, c'est une communauté qui s'intègre facilement tout en restant entre elle. On sait qu'on approche.

Repas à la maison Fam Fung. On ne sait pas ce qu'on mange. On se laisse guider par les odeurs et les couleurs de plats qui nous sont proposés sur des plateaux roulants.


On s'est baladé dans les boutiques colorées pleines de babioles. On a même resisté à l'achat de vaisselle racù. Christelle connait bien l'effort que cela représente. On évite d'acheter trop de choses, pour ne pas avoir trop de bazar en rentrant en France. On y a aussi fait de mauvaises rencontres.

Cherchez l'erreur
On a rapporté l'essentiel pour cuisiner et des bacougans (je suis pas sûre de l'orthographe mais cela n'a pas d'importance car cela ne s'écrit pas mais cela se joue). Enfin ! Félix nous en réclame depuis si longtemps.

Nos emplètes

4 commentaires:

yowen a dit…

Et vive la mondialisation, au moins avec les quartiers chinois on est toujours un peu chez soi partout dans le monde... Courage le printemps arrive, apparemment vous avez déjà moins de neige, même fany a ressorti les converses en toile!!! Même pas froid aux pieds, une vrai québécoise...

Gmoun a dit…

Zut alors , j'ai encore mal aux yeux des gaz lacrymogènes reçus lors de la manif devant l'ambassade de Chine dimanche 16, pour le Tibet .....
Mais ça n'a rien à voir (?)
J'adore leurs films ,leurs livres , moins leur cuisine et leurs sauces .... surtout depuis que je sais qu'ils jettent les chats vivants dans l'eau bouillante.remarquez , nous on a bien élu Sarko ...;
Alors profitez bien de la Chine de Montréal .

eric a dit…

Pour l'orthographe c'est Bakugan.
D'origine japonais, mais surement fabriqués en chine ^-^
Ils ne font pas encore parti des disciplines olympiques...au grand dam de Félix

Gracianne a dit…

Ce qui est genial quand on voyage, c'est qu'on trouve toujours un morceau de Chine quelque part, comme ca on n'est pas depayses.

Bon appetit. Quand je pense que je n'ai jamais teste de glace au durian.