mercredi 28 novembre 2007

Lire du Michel Tremblay

Né à Montréal en 1942 - Il a une bonne tête non ?

Sa première oeuvre qui le fait connaître est Les Belles-Soeurs. C’est le premier auteur à donner une place entière au joual (l'argot montréalais) ce qui lui a valu de nombreuses critiques du genre : la pièce a du succès ok, mais il ne pourra pas en écrire une 2e en joual. L’histoire a révélé le contraire.

Il traite de sujets variés. La place de l’écrivain et de l’auteur de théâtre. A-t-on le droit sous prétexte d’être écrivain de parler de tout, de se moquer de tout, de révéler les défauts de tous, voire de mettre à jour des secrets de familles que les personnes de la vraie vie n’osent même pas s’avouer à eux-mêmes ? C’est un peu le thème de la pièce que nous sommes allés voir : Un vrai monde ? Nous avons été emballés. La pièce est construite sous une forme d’alternance de scènes du quotidien avec la mère, le père, le fils-écrivain et la fille. Et de scènes de théâtre écrites par le fils avec les mêmes personnages. Cela donne, pour la partie vraie : une mère reprochant à son fils-écrivain de trahir des secrets de famille, et pour la partie pièce de théâtre : un fils-écrivain réglant ses comptes avec son père (un homme VRP inculte en dehors du hockey et de la bière, qui a une double vie et qui a failli abuser de sa fille). Qui est dans le vrai ? Celui qui se tait ou celui qui dénonce ? Le mal qu’on fait en dénonçant n’est-il pas pire que le remède ? A-ton le droit de «vampiriser » ses proches pour faire carrière ? A partir de quand l'écrivain qui raconte son quotidien finit par fantasmer les évènements qu'il veut dénoncer ? On donne raison à celui qui dénonce puis notre avis change et on donne raison à sa mère, puis ... Tout cela traité avec sensibilité, émotion et humour. UN REGAL. On a bien ri.

Il traite aussi des personnes un peu marginales ou alors totalement normales … de la vie quoi. On a lu Le coeur découvert et on a adoré. Il nous fait partager la rencontre d’un homme et d’un autre homme en alternant les points de vue. Le « Je » est parfois l’un puis l’autre. L’histoire se passe à Outremont, le quartier dans lequel on évolue. Il aime notre glacier préféré (enfin en été car maintenant, rien que l’idée d’une glace nous gèle le sang) : le bilboquet.

Il parle des relations de couple et de leurs difficultés : Le cahier bleu qui décrit la rencontre d’une naine et d’un homme souffrant de folie. Normalement il faut commencer par les autres cahiers de couleur noir puis rouge mais je me suis plantée. Je lis Le cahier Rouge en ce moment qui se passe dans un bar underground au moment de l'exposition Universelle de 67 .

Il décrit aussi les difficultés des milieux populaires francophones de Montréal : Chroniques du Plateau Mont Royal qui commence par La grosse femme d'à côté est enceinte. Bref, son univers est peuplé de marginaux, de gens ordinaires, de femmes désabusées, d'amants, son univers parle de la vie.

En tout cas, il traite ses sujets avec une grande tendresse et beaucoup d'humour, et de façon très poétique. En plus, il parle admirablement bien de Montréal.

Eric dit que c’est une sorte d’Almodovar de l’écriture, avec une sensibilité importante dans les portraits de femmes. Mais Michel Tremblay fait aussi de très beaux portraits d’hommes.

On ne connaissait pas du tout cet auteur pourtant il a été nomme Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres de France donc ses pièces ont du être montées à Paris ...mais on a du les rater. Au delà du joual, il a aussi inventé un théâtre où plusieurs scènes et dialogues peuvent se croiser, comme cela peut arriver à l'opéra. Mes ses textes ne sont jamais lourds, son écriture est vraiment très riche, Très sensible. Il raconte beaucoup de choses en très peu de mots.

Moi je ne pourrais pas vous dire à qui il me fait penser mais chaque fin de livre est un deuil et il faut attendre plusieurs jours avant de pouvoir lire autre chose... Sauf la presse et Internet bien sûr. Heureusement, il a tellement écrit de romans, de pièces et de contes qu’il va pouvoir accompagner notre séjour ici longtemps, et nos longues soirées d’hiver. La télé ne risque pas de nous détourner de la lecture car à part la pub et les infos en anglais, on y trouve pas grand chose malgré la multiplicité des chaînes.

9 commentaires:

Hélène a dit…

C'est un écrivain peu connu en France. Je le connaissais du temps de ma carrière de libraire et il avait sa place dans les rayons. Les français ne sont pas très fan des écrivains canadiens francophones, il reste donc très confidentiel.

Gracianne a dit…

Merci beaucoup, je ne connaissais pas cet auteur. Un de plus a decouvrir.

G. moun a dit…

Je passe beaucoup de temps en ce moment avec "la grosse femme ...." un régal ;
Oui il y a des livres qui nous laissent orphelins .. le dernier de ce genre pour moi fut"la petite fille de Mr Linh" de Philippe Claudel .
Quelle merveille la lecture , il est vrai que la télé , plus nulle que nulle ici aussi sauf parfois Arte , ne fait pas concurrence ...La chance . Il reste quand même ces saloperies de jeux ordi . Sur france -inter hier , ils ont expliqué tous les mécanismes machiavéliques pour accrocher les jeunes , y compris les jeunes adultes .

Eric a dit…

Super, on en trouve donc en France, n'hésitez pas à les lire, ils sont vraiment "trop bien". Et puis vous nous direz si cela reste accessible quand on est pas sur place. Je suis sur que oui.
Par contre est ce qu'ils parlaient aussi des blogs sur France Inter ? ;-)

Gracianne a dit…

Pourquoi Eric, t'es acro, ca y est?

Papierre et Matitine a dit…

Ciel, que ce Blog est riche de découvertes, d'ouvertures et de bonnes surprises !
On ne s'en lasse pas :-)))

La semaine où vous ne tiendrez pas de chronique, attendez vous à de vertes protestations de votre public fidèle. Criss de tabarnac !

Alors, OK, nous allons nous mettre aussi à Michel Tremblay (le nom déjà est fort sympathique) en passant commande tout de suite à la Fnac.

Pendant qu'on y pense, et dans un autre registre de lecture, n'oubliez pas de prendre à la bibliothèque, pour vous comme pour les filles, ce livre génial dont nous vous avions parlé : "le bizarre incident du chien pendant la nuit" de Mark Haddon (à lire aussi si vous voulez en anglais "The Curious Incident of the Dog in the Night-time").

eric a dit…

Accro aux blogs ? Oui, oui, moins que certains, mais pas mal quand même. Chacun peut l'être à sa manière. Est ce vraiment une dépendance Maitre Jedi de nos dimanches gourmands (heuu de toute la semaine en fait)?
Accro à Michel Tremblay aussi, je ne suis pas un grand lecteur (juste un livre et une pièce pour l'instant) mais cela me suffit pour le mettre fièrement dans ma bibliothèque idéale.

eric a dit…

D'ailleurs Gracianne et toi quel est ton diagnostique personnel ?
Mon Papa, on attends ta critique de lecteur avisé maintenant.

zab a dit…

Bon oui, on est un peu accro du blog mais on se dit que c'est un bon moyen de rester en lien ... car on est un peu loin quand meme. On va essayer de tenir le rythme mais cote renouvellement des surprises, on est pas sur d'y arriver. L'hiver, le froid, tout ce qu'on peut faire avec la neige risquent d'occuper pas mal de messages hi hi euh :) ;(